THÉOLOGIE

        POUR “RÉPARER L’ÉGLISE”, FAUT-IL CRIER “HARO” SUR LES CLERCS ?

Enseignant: Alain ENJALBERT

Nombre d'heures: 6  - Nombre de séances: 2 
Prochaine date: Samedi, 11 Janvier 2020 de 09:00 à 12:00
Toutes les dates: Samedis 11 et 18 janvier 2020.

Lieu: Montpellier - Villa Maguelone - 31 ter avenue Saint-Lazare,  34060 - 04 67 55 85 51

     

N’en déplaise à un certain nombre d’auteurs, la morale n’est pas un compendium de règles et d’interdits, de lois et de commandements. Elle est une méthodologie ordonnée à une réponse juste à la question “comment faire pour bien faire ?” Aujourd’hui, l’actualité vient nous interroger. Ainsi, le 20 août 2018, le Pape François écrivait, dans sa “lettre au Peuple de Dieu” : "Le cléricalisme, favorisé par les prêtres eux-mêmes ou par les laïcs, engendre une scission dans le corps ecclésial qui encourage et aide à perpétuer beaucoup des maux que nous dénonçons aujourd’hui. Dire non aux abus, c’est dire non, de façon catégorique, à toute forme de cléricalisme.". Le même pape François, rencontrant les Supérieures Majeures des congrégations féminines leur disait le 10 mai 2019 : "La façon de comprendre la foi aujourd’hui, après Vatican II, est différente de celle dont on comprenait la foi avant Vatican II. Pourquoi ? Parce qu’il y a un développement de la conscience. Cela n’est pas une nouveauté, parce que la nature de la Révélation est en mouvement continuel pour être clarifiée, et aussi la nature même de la conscience morale. Nous avons besoin de discerner. Tout n’est pas blanc ou noir, ni même gris. Tout est en chemin, tout est en chemin…".
En essayant de prendre appui sur cette méthodologie de la théologie morale, nous essaierons ensemble de chercher ce chemin où le discernement, la conscience, la réflexion nous sollicitent de trouver une problématique. Interrogés par l’interpellation de notre pape et par une actualité dénonçant des points de gangrène dans le fonctionnement institutionnel de notre Église, notre atelier se propose de questionner “la tentation du cléricalisme”.  Entre la crise de confiance largement répandue envers toutes les institutions, susceptible de conduire à une sorte de contestation anticléricale interne et une attente de fondements à la foi que la figure du prêtre incarne encore très largement, nous essaierons de nous demander “comment faire pour bien faire ?”.

contact: cugg@diocese34.fr - 04 67 55 85 51